Nouvelles

Des solutions pour soutenir les familles des membres actifs et retraités des Forces armées canadiennes et des premiers répondants touchés par l’état de stress post-traumatique (ESPT)

Entreprise - Medavie

February 11, 2019

Une brochette d’experts participe à une table ronde sur l’ESPT et la famille

Les familles des militaires et des premiers répondants jouent un rôle essentiel dans le parcours thérapeutique des personnes vivant avec l’ESPT. Pourtant, elles sont souvent laissées de côté. Afin de cerner les défis auxquels font face les familles, de mettre au jour les lacunes en matière de soutien et de définir les mesures prioritaires à prendre, Medavie a tenu le 5 février dernier une table ronde sur l’ESPT, en collaboration avec l’organisme Wounded Warriors Canada, l’Institut Vanier de la famille et la Commission de la santé mentale du Canada.

Les familles sont bien placées pour veiller à ce que les personnes aux prises avec l’ESPT reçoivent les soins nécessaires et leur participation est déterminante pour améliorer les chances de rétablissement. Cependant, elles vivent elles-mêmes d’énormes pressions et ont aussi besoin d’aide. Les échanges ont fait ressortir les besoins suivants :

  • sensibiliser et informer les familles au sujet de l’ESPT;
  • renforcer les programmes thérapeutiques existants;
  • élargir l’accès à ces programmes.

Après une allocution prononcée par Roméo Dallaire, lieutenant général à la retraite et président d’honneur national de Wounded Warriors Canada, les experts et les groupes d’intervenants clés présents à la table ronde ont participé à une discussion animée par Ken Dryden, légende canadienne du hockey, auteur et ancien député. Un livre blanc en cours de préparation permettra de communiquer les idées issues de la discussion et de faire des recommandations concrètes au gouvernement et aux intervenants en ce qui a trait aux prochaines étapes.  « En tant qu’organisation sans but lucratif et partenaire en matière de solutions de santé, Medavie a à cœur d’améliorer le bien-être des Canadiens. Grâce à des investissements dans des programmes et des solutions novatrices, nous aidons les Canadiens à vivre mieux et facilitons l’accès à des soins de santé de qualité dans nos collectivités. Nous sommes conscients des répercussions que l’état de stress post-traumatique peut avoir sur l’entourage des personnes atteintes. Ce problème de santé touche de près les familles des militaires, des vétérans et des premiers répondants, y compris les familles de nos clients et celles des premiers répondants qui travaillent dans notre entreprise. Cette table ronde d’experts nous permet de mieux comprendre de quelle façon nous pouvons leur venir en aide. Elle s’inscrit en outre dans la conviction de notre Fondation, qui est que tous les Canadiens devraient avoir accès aux outils et au soutien dont ils ont besoin pour vivre le mieux possible. » – Bernard Lord, chef de la direction, Medavie

participants_cropped.jpg#asset:457

Participants à la table ronde sur l’état de stress post-traumatique :

Dernière rangée, de gauche à droite : Hester Dunlap, chef des services cliniques, programme d’aide aux victimes de traumatismes et de blessures psychologiques/programme de traitement de la toxicomanie et des traumatismes, Bellwood Health Services; DSamuel Weiss, directeur scientifique, Institut des neurosciences, de la santé mentale et des toxicomanies (INSMT) des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), Micheal Pietrus, directeur, Premiers soins en santé mentale et initiative Changer les mentalités, Commission de la santé mentale du Canada; Roméo Dallaire, président d’honneur national, Wounded Warriors Canada et lieutenant général à la retraite, Forces armées canadiennes; Bernard Lord, chef de la direction, Medavie; Heidi Cramm, scientifique associée, Initiatives stratégiques, Institut canadien de recherche sur la santé des militaires et des vétérans; Scott Maxwell, directeur administratif, Wounded Warriors Canada; Dr Raj Bhatla, psychiatre en chef et chef du personnel, Services de santé Royal Ottawa; et Nora Spinks, directrice générale, Institut Vanier de la famille.

Première rangée, de gauche à droite : Lcol (retr.) Dre Alexandra Heber, psychiatre en chef, Anciens Combattants Canada et professeure adjointe de psychiatrie, Université d’Ottawa; Margaret McKinnon, titulaire de la chaire de recherche Homewood en santé mentale et en traumatismes; directrice adjointe de la recherche, département de psychiatrie et des neurosciences du comportement, professeure agrégée, département de psychiatrie et des neurosciences du comportement, Université McMaster; psychologue, programme sur les troubles de l’humeur, St. Joseph’s Healthcare; et scientifique principale, Homewood Research Institute; Ken Dryden; Col. Dr Rakesh Jetly, psychiatre principal et conseiller en santé mentale auprès du médecin général; premier titulaire de la chaire de recherche en santé mentale chez les militaires, Forces armées canadiennes; Nick Carleton, professeur de psychologie à l’Université de Regina; directeur scientifique, Institut canadien de recherche et de traitement en sécurité publique; et Tina Saryeddine, directrice générale, Association canadienne des chefs de pompiers.

Catégories - Medavie